Après avoir été rangeuse de rayon a Auchan, emballeuse de cadeaux d'entreprise et gardienne de musée, j'enrichis mon CV d'étudiante et surtout d'intérimaire d'un poste en chocolaterie.
Horreur malheur.

Hier a 9h c'est Adia (agence d'intérim, celui qui dit dans sa pub que la discrimination c'est mal) qui me réveille. Je me racle la gorge, essaie de tenir un conversation. A 9h30 j'étais devant la chocolaterie d'à coté de chez moi avec des bottes de poissonnier pour pouvoir travailler dans une usine agroalimentaire.
Quand tu rentres dans la chocolaterie, ça sent bon.
Quand t'as pas petit déjeuné, ça donne faim de devoir ramasser du chocolat et les mettre dans des caisses pendant plusieurs heures. Mais comme ça le premier jour tu n'attrapes rien au passage.

Après la pause repas c'est juste horrible.
La machine va plus vite, tu te prends pour un robot, les jambes ont besoin de repos ( MAIS QU'EST CE QUI M'A PRIS DE FAIRE 1H DE VÉLO JEUDI) des dizaines de chocolat se cassent la gueule des plaques que tu dois ramasser et le chocolat dégoute.

Je suis rentrée chez moi en gueulant American Boy plus fort que la radio et une fois le pas de la porte franchis je me suis mise a me parler seule pendant plus ou moins une demie heure.
Qu'est ce qu'il faut pas faire pour gagner des sous.

Heureusement en fin d'aprem il y a eu le merveilleux match Federer / Monfils (durant lequel ma mère n'a pu s'empêcher de multiplier les vannes vaseuses, sa spécialité) puis j'ai découvert que j'aimais bien le steak tartare surtout si c'est pas moi qui le paie.